Une pétition nationale pour faire modifier les dispositions de l’article 12(3c) sur la loi de l’Assurance-Emploi, inchangée depuis 1971, prévoyant un nombre maximal de quinze [15] semaines de prestations payables en cas de maladie, afin qu’elle soit mieux adaptée à la réalité d’aujourd’hui.

Au Canada, ça nous touche tous de près ou de loin peu importe la province, la religion, la couleur et les allégeances politiques.

Contribuez à faire changer les choses pour l’avenir, notre avenir…
SVP, Signez la pétition.
Merci!             

Marie-Hélène Dubé
Retour

Dépôt du premier projet de loi de la rentrée parlementaire 20011-2012 !

2011-11-08 13:50:29 | Marie-Hélène Dubé | Aucun commentaire

Bonjour à tous,

Comme vous pouvez le constater, faire modifier une loi est un travail long et fastidieux ! Je suis très contente de savoir que les efforts se poursuivent et c’est avec joie que j’accueille le premier projet de loi 2011 visant à amender le nombre de semaines de prestations en cas de maladie.

Voici un extrait du communiqué de presse émis par la firme CNW Telbec :

« L'honorable Denis Coderre, député de Bourassa a déposé aujourd'hui à la Chambre des communes un projet de loi privé qui vise à modifier la Loi sur l'assurance-emploi, afin de faire passer de quinze à cinquante le nombre maximal de semaines pendant lesquelles des prestations spéciales peuvent être versées dans le cas d'une maladie, d'une blessure ou d'une mise en quarantaine. Ce projet de loi privé élimine également le délai de carence de deux semaines lorsque sont versées ces mêmes prestations spéciales.

« La loi à cet égard n'a pas été modifiée depuis son instauration en 1971! Il est inconcevable qu'une personne qui souffre du cancer n'ait droit qu'à 15 semaines de prestations payables, » de dire M. Coderre. « Également, je demande au gouvernement conservateur d'éliminer la période d'attente de deux semaines pour les personnes éligibles à ces prestations spéciales, qui ont le malheur de tomber gravement malade, de subir une blessure ou d'être mis en quarantaine ».

Selon Monsieur Coderre, partout au Canada, tous sont touchés de près ou de loin par des personnes affligées par une maladie comme le cancer ou par une blessure sérieuse les empêchant de travailler. « Il est grand temps d'adapter aux réalités d'aujourd'hui la partie de la Loi sur l'assurance-emploi qui concerne les prestations spéciales. Ce projet de loi privé demande au gouvernement fédéral d'accorder aux bénéficiaires de prestations en cas de maladie la parité avec le congé de maternité et vient appuyer les efforts de Marie-Hélène et de tous ceux et celles qui demandent ce changement à la Loi sur l'Assurance-emploi, » de conclure Monsieur Coderre. »

Je remercie Monsieur Coderre pour son implication assidue dans ce dossier et j’attends avec impatience le dépôt des prochains projets de loi qui suivront cette année.

Je vous rappelle qu’il est important d’amasser des signatures supplémentaires, encore et encore ! Ce sont ces signatures qui me permettent d’aller au Parlement effectuer des dépôts, de mettre de la pression sociale sur le gouvernement et aussi de médiatiser mes actions !

Merci !

Marie-Hélène


 

Boisvert Kis Blainville Réadaptation Universelle
Valeo Pharma Alepin Gauthier
Sylvie Côté Xprtiz
Savard Joe



Télécharger la pétition
Marie-Hélène Dubé, québécoise, qui à la suite d’une 3e récidive d`un cancer de la thyroïde, a décidé d’initier la pétition nationale de l’assurance-Emploi. Cette pétition demande au gouvernement fédéral d’amender l’article de loi 12(3), vieille de 40 ans (1971), sur l’Assurance-Emploi afin que les personnes atteintes de maladies graves puissent recevoir plus de quinze semaines de prestations comme c’est actuellement le cas.

Ce mouvement prend de l’ampleur, une certaine Zosia Ettenberg à Vancouver se rallie à la pétition Assurance Emploi après avoir elle-même initié une pétition similaire. Un certain Carlo Pellizzari également de Vancouver, atteint du cancer de lymphome, fait face à une situation financière similaire à celle de Marie-Hélène Dubé. À 26 ans, il se voit forcer de retourner vivre chez ses parents… 15 semaines en 2011, ce n’est tout simplement plus suffisant. S.V.P., signer la pétition pour un avenir meilleur, notre avenir. Aidons les gens à obtenir le pont leur permettant de se concentrer sur leur santé, de garder leur dignité et de retrouver leur place de citoyen actif.